LALEMAN

Le travail de Lut LALEMAN se révèle plein de surprises. On n’imagine pas tout de suite que ce qui paraît un tressage est fait de porcelaine. Et plus on essaie de comprendre ce travail, plus apparaît une complexité qui fait sa renommée. La première approche de cet art très spécifique s’est bâtie avec des colombins extrêmement fins de porcelaine. Les colombins sont superposés l’un après l’autre afin de former une paroi, où alternent en vertical et en horizontal la porcelaine noire et la porcelaine blanche. La paroi joue ainsi entre la lumière et l’ombre, entre la translucidité et l’opacité.

Approfondissant ses recherches, la céramiste a créé une double paroi, et ses oeuvres ne sont plus translucides. D’innombrables points microscopiques noirs ou blancs sont fixés à une couche de base en série mathématique : un motif fin émerge. La complexité des modèles et la taille des formes demandent beaucoup de précision et de patience ; chaque manipulation doit être faite exactement au bon moment. Mais au-delà de la maîtrise technique exceptionnelle, le rythme mathématique des modèles devient le concept de l’oeuvre.

Lut LALEMAN est née en 1958. Elle est belge et habite près de Gand. Elle s’est consacrée assez tard à la céramique, après un parcours scientifique qui lui a sans doute donné le goût de la minutie. Et ses créations particulièrement originales ont très rapidement connu une consécration internationale, en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en Corée, au Danemark, en Espagne, aux Etats Unis, en France, en Hollande, en Hongrie, en Italie, au Japon, au Luxembourg, en Suisse, à Taiwan. En une douzaine d’années l’artiste a reçu de nombreux prix : Prix National Eeklo en 2004, Prix National Buggenhout, Prix Pieter Vanneste en 2006, World Ceramic Biennale Corée en 2007, sélection Design Vlaanderen et Prix Provincial Vormgeving en 2008, Bayerischer Staatspreis en 2009, Prix quadriennal Flandre Occidentale en 2009 et en 2013, Prix du talent Westerwald Museum en 2010, Special Judges Award Mino Japon en 2011, Biennale Taiwan en 2012, Biennale Andenne en 2015, Special Judges Award, 8th Nassauische Sparkasse Westerwald Museum en 2016, Open to Art Milan en 2017.

Ses oeuvres font partie de collections publiques en Allemagne, en Belgique et en Corée..