MORBU

Hélène MORBU est née en 1981 dans l’Aisne. Après les Arts-Déco de Reims, section design, dont elle est diplômée en 2005, elle entre à l’Ecole Nationale des Arts Appliqués Olivier de Serres où elle décide de se consacrer entièrement à la céramique. Elle y reçoit jusqu’en 2007 l’enseignement de Marc ALBERT et Maryline VINCE qu’elle considère comme des références de la nouvelle génération de céramistes européens. Leur rencontre sera déterminante tout comme les exemples du céramiste français Pierre CHARPIN et des designers italiens des années 70 Ettore SOTTSASS ou Enzo MARI.

Son atelier, qu’elle a créé en 2008, donne sur une petite rue sur l’île de Nantes où, depuis quelques années, se concentrent nombre d’artistes, designers et architectes. Elle y manie porcelaine, grès et faïence avec délicatesse et précision. Et elle attache une grande importance à la correspondance entre la forme et la couleur, qui peut être aussi bien teintée dans la masse qu’émaillée.

Hélène MORBU cherche dans ses créations la perfection du geste pour maîtriser l’extrême limite de la matière. Perfection des dessins, des jeux d’emboîtement et des cotes extrêmement précises de ses projets, qui reflètent sa passion du design. Perfection des réalisations, qu’elle ausculte sans pitié pour jeter au rebut les pièces qui ne se plient pas à son exigence millimétrique. Perfection des couleurs, réalisées à partir de pigments mesurés au milligramme près. Cette obsession de la qualité ne fait pas toujours bon ménage avec la terre ou avec les calendriers de production, mais l’artiste recherche ces défis : « Avec la terre, il n’y a aucune monotonie ! C’est une matière vivante qui a des contraintes techniques. J’aime que le résultat soit aléatoire et que son travail ne soit pas si facile. »

Ses créations s’inscrivent dans la tendance contemporaine : des couleurs lumineuses, des contrastes entre le mat et le brillant de l’émail, des pièces (tasses, vases, coupes, carafes…) aux profils géométriques nets. Des créations sobres et graphiques, à la dimension sculpturale, qui pourraient évoquer l’univers de la science-fiction qu’elle affectionne.

Hélène MORBU a reçu en 2009 le Prix de la Relève décerné par Ateliers d’Art de France.