HAMEY

Né en 1963, Didier HAMEY aime citer ses origines de Dunkerque, dont il ne manque jamais le carnaval et les réjouissances qui peuvent inspirer ses oeuvres. Les thèmes de Didier HAMEY sont en effet à la fois joyeux et fantastiques, drôles et tendres, pleins de vie et de fragilité. Un univers complet, plein d’êtres, de couleurs, d’espaces et de formes non codifiées.

« Il dit qu’il grave des choses pas graves. Cette modestie fait sa grâce. Subtil, aérien, il n’imite personne, tâtonne dans un espace singulier, comme s’il y cherchait à frôler ce qui lui échappe : non seulement l’invisible, mais l’insaisissable » (Alain Jouffroy).

En lieu de pointe sèche et de plaque de cuivre, sa gravure mobilise des moyens multiples voire non conventionnels : en fait n’importe quel outil pointu pour écrire sur le plexiglas.

L’enluminure vient rehausser avec subtilité le monde de rêves et de fééries qui s’y cache. Et les titres ciselés donnent la clé de ces symphonies minuscules.

Didier HAMEY a été formé dans une école de graphisme en Belgique. Après une expérience dans le milieu de la publicité, il est entré aux Beaux Arts de Paris. Il expose beaucoup en France et à l’étranger : Allemagne, Hongkong, Espagne et Hongrie. Il a été invité pour une bourse d’études par la Casa Velasquez de Madrid en 2000, invité en résidence à l’Institut Français de Marrakech en 2009 et au Centre de la Gravure de Lisbonne en 2011.

Son travail apparaît dans de nombreuses collections privées et publiques, notamment le Fond National d’Art Contemporain, la Bibliothèque Nationale, et le Musée de la Gravure de Gravelines, qui lui a consacré en 2011 une rétrospective remarquée.

Didier Hamey est l’un des 2 artistes français sélectionnés par le jury international de la Casa Velasquez de Madrid pour une résidence d’un an à compter de septembre 2014.