CHAUVET

Regarder Corinne CHAUVET façonner une sculpture est un spectacle déroutant : les premières étapes du modelage semblent se contenter d’une ébauche d’un corps manifestement un peu pataud. Une phase de doute, jusqu’au moment où quelques gestes habiles viennent apporter au visage une physionomie beaucoup plus précise et où, brutalement, l’artiste fait éclore le sourire lumineux qui éclaire ses personnages : la terre a soudain pris vie sous vos yeux.

Les sculptures sont faites de terre noire ou rose cuite à moins de 1100°, et peuvent recevoir une fois cuites un engobe du Roussillon ou des transferts de terre spécialement préparés au Japon.

Corinne CHAUVET est née en 1973. Licenciée en histoire de l’art, elle a fait des études d’arts plastiques en France et en Angleterre. Elle se partage aujourd’hui entre l’Ile de France et Albi, où elle a commencé à créer des petites oeuvres en terre dès son enfance.

Bien sûr l’artiste est fascinée par l’Extrême-Orient et ne renie pas les références au zen. Elle consacre sa sculpture au thème des moines bouddhistes depuis 4 ans. Lauréate d’Ateliers d’Art de France, elle a participé en 2016 à une résidence d’artistes à Shigaraki, célèbre pour ses céramiques, au Japon ; ce séjour lui a inspiré les bonzes aux animaux qu’elle crée actuellement.

Les oeuvres privilégient l’émotion, la sérénité, l’humour et la joie, dans des attitudes captées comme des instantanés photographiques. Le spectateur se laisse vite séduire par ces fousrires porteurs d’optimisme.

Corinne CHAUVET a exposé essentiellement dans le sud de la France, où elle a reçu de nombreux prix (Gemlucart Monaco 2016, Arts du Feu Martres-Tolosane 2014, Métiers d’Art Midi-Pyrénées 2013). Et ses moines rieurs marquaient l’entrée du salon des Artistes Français au Grand Palais à Paris en février 2017, où ils ont reçu une mention.