BONTE

Ses créations peuvent s’appeler « chercheur de silence », « cabane du lac », « pontao salgado »… et leurs titres mettent aussitôt sur le chemin de voyages suspendus entre l’eau et l’air. Le monde que façonne Isabelle BONTE est tout empreint de légèreté : la mer au pied des échelles de pêcheur est si calme et si transparente qu’on s’y voit flotter naturellement, les roseaux ondulent à peine et là-haut les cirrus inoffensifs prennent leur repos dans des cages à nuages. Votre esprit déjà vagabonde, renoue avec l’enfance, repart vers des idées de rencontres et de nature, s’approche des repères haut perchés ou des embarcations accostées aux pontons : bienvenue dans la poésie du fil de fer.

Isabelle BONTE habite et travaille à Paris. Née en 1968, elle a exploré un maximum de disciplines à l’Ecole des Beaux Arts de Toulouse puis à Paris aux Arts Décoratifs, où elle s’est passionnée pour la gravure, la céramique et l’alliance entre technique et art. Après une brève incursion dans l’architecture d’intérieur, elle a définitivement opté pour la création d’objets. Depuis près de quinze ans maintenant elle sculpte et confère à son fil un pouvoir évocateur puissant et original.

Structure de son travail, le fil de fer est en acier recuit, brun au reflet bleuté. Nerveux et tendre à la fois, il se plie ou impose une direction que l’artiste suit avec curiosité. Pas de soudure, le fil est ligaturé. Il s’allie à la tarlatane, une étoffe de coton à tissage très lâche et très apprêté, utilisée pour les patrons en couture. La tarlatane teintée se transforme en cloisons discrètes ouvertes au vent. « Brun du fil, café de tarlatane, blanc de nuage. Le fil structure la fragilité, la tarlatane la révèle ». Et la lumière vient redéfinir la matière en révélant ombres et esquisses en lévitation. « Ne pas tout dire, créer l’essentiel et suggérer le reste. »

L’artiste aime le travail du japonais Hayao MYASAKI, l’auteur des films d’animation Le Château dans le Ciel ou Le Voyage de Chihiro. Comme le cinéaste qui fait voler îles et châteaux, Isabelle BONTE laisse se déployer l’imaginaire de son public dans ses poèmes filaires. C’est ainsi que se prolonge l’histoire des pêcheurs de graines ou des éleveurs de poissons volants, personnages invisibles mais dont l’âme court le long des fils…

Isabelle BONTE a participé à plusieurs ouvrages et collaboré à divers magazines de loisirs créatifs. Ses oeuvres ont été exposées à Paris, en région parisienne, à Nice, en Suisse et en Grèce.