LAGRESLE

Lorsqu’on découvre à Montbrison, dans la Loire, la maison-atelier de Yannis LAGRESLE, on comprend aussitôt combien ses oeuvres reflètent sa personnalité : tout en conservant ses caractéristiques, cet ancien garage de mécanique automobile a été complètement reconverti en une demeure aux belles perspectives, la cour des engins s’est mutée en jardin à l’italienne et l’atelier est devenu salon d’été. La même transformation spectaculaire s’applique en effet à chacune de ses sculptures, où des objets recyclés trouvent une seconde vie. En fait, plus qu’une vie c’est une âme que leur donne l’artiste, comme s’il répondait à LAMARTINE :

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »

Une âme que symbolisent les « Yaya », des bonshommes de terre cuite patinée qui prennent le volant ou se laissent emporter dans leurs véhicules de transport improbables. De doux rêveurs hors du temps et sans âge, qui ont parfois l’air stupéfait de se retrouver dans ces drôles de machines, à la croisée des inventions de Jules VERNE et des aventures de Pinocchio. Tendresse d’enfant et humour de grand.

Yannis LAGRESLE est né en 1972. Depuis toujours, il chine, arpente les brocantes, marchés aux puces et autres vide-greniers ; au fil du temps il accumule des objets insolites porteurs d’histoire et dotés d’une identité esthétique particulière par leur patine ou leur ligne. Parallèlement il sculpte la terre : visages, corps, terre blanche, terre noire… ll y a quelques années, il décide d’associer ses deux passions : l’objet et la terre, nous y sommes.

Toutes les patines sont d’origine. L’artiste refuse de transformer les traces naturelles du temps. Les pièces métalliques qu’il utilise sont méthodiquement associées sans artifices. Tout est calculé, soigneusement réfléchi. La ligne, les proportions créent cet équilibre auquel est donnée toute priorité.

Pièces uniques en terre cuite et matériaux de récupération, ainsi que bronzes sont exposés dans plusieurs galeries en France. Ces sculptures ont un indéniable parfum de voyage, elles sont toutes en partance, mais vers quelle destination ? Yannis LAGRESLE se garde de répondre à la question : ce qu’il aime avant tout c’est que celle ou celui qui regarde voyage dans la propre histoire qu’il se raconte à lui-même..