OULEVAY

Yann OULEVAY est né en 1975. Il vit et travaille en Suisse, près du lac de Neuchâtel. La passion du verre soufflé l’a happé, bousculant au passage son apprentissage de l’architecture : « Ce métier fascine souvent les gens qui visitent les ateliers car c’est l’un des derniers qui oeuvre si directement avec le feu. Le verre, lorsqu’on le sort du four, est à 1140 degrés. Il a la consistance du miel, pâteux et non coulant. Mais il est incandescent, et je dirais même vivant. On fait alors presque une danse avec le verre. On effectue de nombreux mouvements avec la perche. Il faut faire preuve d’une grande dextérité et d’un certain degré de vigilance. »

C’est en France, au Centre Européen de Recherche et de Formation aux Arts Verriers (CERFAV), où il enseigne maintenant, qu’il a appris les rudiments de cet art. Il a entamé ensuite un long compagnonnage auprès de nombreux maîtres verriers, dans le monde entier : en France, en Grèce, au Danemark, en Ukraine, en Australie, aux Etats-Unis. Mais c’est sans doute d’Italie, chez les spécialistes de Murano, où il faisait partie des rares étrangers acceptés, qu’il a gardé l’influence la plus forte. Approche transcendée au cours de 3 années passées comme assistant des verriers mondialement célèbres l’américain Philip BALDWIN et la suissesse Monica GUGGISBERG, alors installés dans le canton du Valais. Sa fascination pour le filigrane et le battuto, technique vénitienne de gravure à froid sur un verre multicouche, date de cette époque : il en est aujourd’hui un expert renommé.

Depuis 1998, Yann OULEVAY a participé à un grand nombre d’expositions en Suisse et à l’étranger et on trouve ses pièces dans de multiples collections privées. Au fil des ans, les vases sont devenus oeuvres d’art : le volume, poli ou satiné, s’inscrit dans l’espace et la lumière joue ses variations dans le graphisme monochrome du verre translucide. L’artiste s’est enfin inspiré de la nature pour créer les « graines » : des formes rondes obtenues par soufflage, sur lesquelles il appose des filigranes de couleur, et qui sont ensuite taillées à froid. Ces sculptures ont été développées avec le soutien du Musée du Verre de Sars-Poteries, dans le nord de la France.