ZORITCHAK

Né en 1944 en Slovaquie, Jan ZORITCHAK fait ses études artistiques à l’Ecole des Arts Décoratifs de Bratislava. Et c’est un peu par hasard qu’il rejoint ensuite l’Ecole Supérieure du Verre Appliqué (1959- 1963) à Zelezny Brod, au pays du verre de Bohême, puis la Haute Ecole des Arts Appliqués de Prague (1963-1969). L’innovation y est alors en plein essor, sous la férule de Stanislav LIBENSKY, grand maître du verre contemporain, qui impulse avec sa femme Jaroslava BRYCHTOVA la rupture avec la tradition du cristal coloré.

Le jeune verrier est fortement inspiré par le cosmos depuis son enfance. Il se lance dès 1969, année de la conquête de la lune, dans des recherches personnelles sur ce thème tout en conservant la technique de la taille poussée à la perfection. La forme de ses oeuvres va progressivement évoluer en fonction des lois scientifiques auxquelles l’artiste ne cesse de se référer. Le cône, la pyramide, la sphère, le cylindre, le polygone, le triangle seront transfigurées par l’artiste en sculptures où la réfraction de la lumière ouvre des mondes multiples et profonds.

Jan ZORITCHAK utilise le verre optique, qui lui offre les possibilités infinies de réfraction, obtenues par la taille d’une précision scientifique. Ce verre lui donne aussi la rigueur des lignes aux arêtes effilées auxquelles il transmet une dimension métaphysique qui répond à ses interrogations cosmiques et spiritualistes. « Mes sculptures me permettent de ramener sur la terre des portions de l’espace, facilitant à chacun de nous le voyage dans l’univers. Par le jeu lumineux de la réflexion et de la réfraction, dans mon esprit ou dans la vision de l’homme, on approche la quatrième dimension. » Depuis 1970 Jan ZORITCHAK vit et travaille en France, près d’Annecy. Il a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1987. C’est également un chercheur et un théoricien talentueux qui participa au tout début de l’aventure d’un centre d’art hors du commun, le Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques, aujourd’hui implanté à Marseille.

Il est reconnu comme l’un des artistes verriers les plus créatifs de notre époque. Ses oeuvres sont présentes dans plus d’une cinquantaine de collections publiques et de très grands musées en France, Allemagne, Australie, Belgique, Chine, Hongrie, Japon, Pologne, Slovaquie, Suisse, Tchéquie, Ukraine et USA. Depuis 1973 l’artiste a réalisé plus de 80 expositions personnelles en Europe, aux USA et au Japon. Il est le lauréat de prix internationaux prestigieux.

« Cet artiste passionné du cosmos nous offre ses sculptures de lumière qui, tels de précieux écrins, emprisonnent dans le cristal de fugitifs éclats incandescents, ramenés d’un hypothétique voyage intergalactique. Les fulgurances poétiques de l’artiste évoquent la grande explosion originelle de notre monde : Jan ZORITCHAK apparaît dès lors tel le chef d’orchestre d’un big-bang imaginaire. »

OULEVAY

Yann OULEVAY est né en 1975. Il vit et travaille en Suisse, près du lac de Neuchâtel. La passion du verre soufflé l’a happé, bousculant au passage son apprentissage de l’architecture : « Ce métier fascine souvent les gens qui visitent les ateliers car c’est l’un des derniers qui oeuvre si directement avec le feu. Le verre, lorsqu’on le sort du four, est à 1140 degrés. Il a la consistance du miel, pâteux et non coulant. Mais il est incandescent, et je dirais même vivant. On fait alors presque une danse avec le verre. On effectue de nombreux mouvements avec la perche. Il faut faire preuve d’une grande dextérité et d’un certain degré de vigilance. »

C’est en France, au Centre Européen de Recherche et de Formation aux Arts Verriers (CERFAV), où il enseigne maintenant, qu’il a appris les rudiments de cet art. Il a entamé ensuite un long compagnonnage auprès de nombreux maîtres verriers, dans le monde entier : en France, en Grèce, au Danemark, en Ukraine, en Australie, aux Etats-Unis. Mais c’est sans doute d’Italie, chez les spécialistes de Murano, où il faisait partie des rares étrangers acceptés, qu’il a gardé l’influence la plus forte. Approche transcendée au cours de 3 années passées comme assistant des verriers mondialement célèbres l’américain Philip BALDWIN et la suissesse Monica GUGGISBERG, alors installés dans le canton du Valais. Sa fascination pour le filigrane et le battuto, technique vénitienne de gravure à froid sur un verre multicouche, date de cette époque : il en est aujourd’hui un expert renommé.

Depuis 1998, Yann OULEVAY a participé à un grand nombre d’expositions en Suisse et à l’étranger et on trouve ses pièces dans de multiples collections privées. Au fil des ans, les vases sont devenus oeuvres d’art : le volume, poli ou satiné, s’inscrit dans l’espace et la lumière joue ses variations dans le graphisme monochrome du verre translucide. L’artiste s’est enfin inspiré de la nature pour créer les « graines » : des formes rondes obtenues par soufflage, sur lesquelles il appose des filigranes de couleur, et qui sont ensuite taillées à froid. Ces sculptures ont été développées avec le soutien du Musée du Verre de Sars-Poteries, dans le nord de la France.